L'Europe pour un oui ou pour un non? La disparition du droit des peuples à disposer d'eux mêmes

Publié le par DLJ Lorraine

Le 29 juin 2005, les français disent majoritairement Non au Projet de Traité établissant une Constitution pour l'Europe. Une victoire pour la démocratie diront certains, un intérêt nouveau des peuples pour l'Europe diront d'autres. Mais malgré ce réveil démocratique, les puissants de ce continent ont à nouveau obtenu raison. Ils nous ont "pondu" un nouveau traité simplifié reprenant la substance du texte rejeté.

Il ne faut pas se tromper sur les dégâts collatéraux que provoquera un tel texte. Plus de pouvoir à Bruxelles, moins de pouvoir pour la France. La dernière fois que les français furent appelés aux urnes, c'était pour l'élection de nos députés. Si on ne se met pas au travail rapidement, les deux chambres de notre parlement vont devenir des bureaux de transpositions de directives européennes.

Beaucoup d'entre nous ont dit Non, les dirigeants européens ont dit Oui. En 2005, le peuple français a remporté une bataille. Les 21 et 22 juin derniers, nous en avons perdu une.

L'une des raisons d'être de notre mouvement gaulliste et républicain, c'est la défense de la souveraineté de notre Nation. Aujourd'hui, plus que jamais, nous nous devons d'être mobilisés.

Notre combat est des plus nobles car il défend le droit des peuples à disposer d'eux mêmes.

Citons simplement pour conclure la Déclaration universelle des Droits de l'Homme adoptée par les Nations Unies en 1948:

"La volonté du peuple est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics"

Publié dans Actualité politique

Commenter cet article