Projet législatif UMP v. Programme présidentiel de NDA : l’éducation

Publié le par DLJ Lorraine

          Cet article, ainsi que ceux qui suivront, a pour but de présenter et de comparer les différentes mesures proposées par le projet législatif de l’UMP, d’un côté, et celles de Nicolas Dupont-Aignan, telles qu’exposées dans son dernier livre « Français, reprenez le pouvoir », de l’autre. Le premier article de la série s’attache à l’éducation.

 

          Sur le thème de l’éducation, NDA constate tout d’abord l’inquiétant recul du niveau moyen des connaissances et des savoirs fondamentaux, et ceci dès le primaire : recul de l’orthographe, de la grammaire, de la rigueur de la langue, de la rhétorique. Tous les spécialistes, instituteurs et les récents rapports insistent sur la nécessité de remettre le français et plus généralement les savoirs fondamentaux au cœur du projet pour l’école.

          Quelle ne fut pas alors ma surprise en lisant le projet éducatif de l’UMP lorsque je constatais qu’aucune des vingt-huit propositions sur l’école ne concernait l’apprentissage des savoirs fondamentaux ! Au lieu de cela, l’UMP propose de doubler les heures de sport à l’école ! (proposition 19) Comme si la principale difficulté des écoliers français était leur temps au 100m. Mais ce n’est pas tout puisque le projet UMP propose également ou plutôt décrète que l’éducation nationale doit permettre à tous les élèves d’être bilingues voire trilingues (proposition 20). À la bonne heure ! On aura donc des gamins qui seront capables de baragouiner dans deux ou trois langues mais qui seront incapables d’écrire trois lignes en français. Nous pourrions continuer en citant la mesure n°22 qui propose de faire intervenir des artistes dans les classes pour renforcer l’éducation culturelle et artistique. Ceci est sans doute très intéressant. Pour autant, l’école de la République se heurte à des problèmes qui exigent tout de même des réponses un peu plus sérieuses.

 

           A l’opposé, NDA propose de faire passer les heures hebdomadaires consacrées au français dans le cycle élémentaire de neuf à seize, de rétablir la méthode analytique d’apprentissage du français et d’encourager les exercices de mémorisation, les dictées, l’apprentissage des tables de multiplication, de la grammaire. Il s’engage aussi à mettre en place un soutien systématique pour les élèves en difficulté grâce à la création d’équipes de professeurs spécialisés et de remplacer, pour les primo-arrivants, les enseignements des langues et culture d’origine par des classes d’apprentissage du français.

 

          De même, le projet UMP envisage de « rendre l’école aux familles, en leur donnant un droit d’information, un droit d’implication et une participation plus forte à la prise de décision en matière d’organisation de la vie scolaire » (proposition 17). En d'autres termes, effriter encore un peu plus l’autorité des enseignants en les soumettant un peu plus encore aux caprices des parents ! A cela, NDA préfère rétablir l’autorité des enseignants en les rendant à nouveau pleinement maîtres des décisions de redoublement, en sensibilisant les familles aux obligations de leur enfant en milieu scolaire lors d’une formation de début d’année. Il juge également plus que nécessaire de recruter des personnels non enseignants pour épauler les professeurs dans le maintien de la discipline et l’accompagnement médico-social des élèves.

  

          C’est quand même autre chose…

Publié dans Actualité politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JérÎme T. 27/12/2006 20:54

Très bon article Laurent!
Pour faire comprendre pourquoi on peut partager des points de vue avec l'UMP tout en affirmant avec fermeté nos divergences...