Adhésion de l’Islande à l’UE : de quelle Europe voulons-nous ?

Publié le par DLJ Lorraine


La crise financière a apporté son lot de conséquences, pour certaines prévisibles et attendues, pour d’autres plus étonnantes. C’est ainsi que l’on apprend que la République d’Islande, menacée par la banqueroute, serait prête à adhérer à l’Union européenne. Il ne fait aucun doute, qu’au regard des conditions d’adhésion posées par les traités européens, l’Islande aurait toute sa place dans l’Union.

 

En revanche, ce qui heurte l’esprit et la conscience européenne qui est la mienne, ce sont les conditions dans lesquelles pourrait se faire cette adhésion. Certains hommes politiques et commentateurs applaudissent cette initiative des deux mains et se félicitent de voir que l’Union européenne est aussi attractive. Ils vont même jusqu’à reprocher aux peuples européens de ne pas se rendre compte de la chance qu’ils ont d’être placés sous la bienveillance de Bruxelles et de Francfort !

 

Jusqu’à maintenant la question de l’adhésion de l’Islande n’a jamais été véritablement à l’ordre du jour, les gouvernements et le peuple islandais préférant une étroite coopération à une adhésion, ce qui se comprend tout à fait au regard de la situation géographique et économique particulière de l’île. L’adhésion apparaît aujourd’hui comme la solution au problème que connaît l’Islande et il est possible que le peuple islandais soit consulté prochainement.

 

Cette nouvelle entraîne plusieurs observations :

 

  1. Si l’Islande entre dans l’Union européenne, il faut bien voir que cela se fera à la faveur de la crise financière. L’histoire retiendra que l’Islande est entrée dans l’UE pour sauver son système financier et bancaire. On assiste ainsi en quelque sorte à une redéfinition des conditions d’adhésion. Et l’on pourrait inscrire dans les traités à la place des articles actuels : « A vocation à entrer dans l’UE tout Etat dans une situation financière lamentable et qui souhaite sauver ses banques de la banqueroute, pour peu qu’il ait vaguement envie d’en faire partie ». On nous sert volontiers depuis des années la soupe de l’Europe des citoyens, unie autour de valeurs communes : la liberté, le respect des droits de l’Homme, la démocratie, l’Etat de droit… Il va sans dire que l’Europe qui fera entrer - dans ces conditions - l’Islande dans l’UE sera l’Europe des banques, unie autour d’une même vision du capitalisme financier… Vaste programme.

 

  1. Ensuite, il faut constater que si les citoyens islandais acceptent de rentrer dans l’UE, c’est parce qu’on leur aura promis la santé financière et la prospérité économique. C’est d’ailleurs le principal argument qu’avancent ses partisans. Or, l’UE s’est montré incapable d’anticiper la crise. Il y a fort à parier qu’elle sera incapable d’en sortir l’Europe. Et même si elle réussit, cela ne sera jamais l’assurance d’une prospérité éternelle. Quelle sera alors la réaction des Islandais qui auront accepté de se conformer aux exigences de Bruxelles, qui auront validé des trains entiers de directives communautaires lorsqu’ils s’apercevront que la promesse faite n’a pas été tenue ? Quel est l’avenir dans l’UE d’un pays dont la seule motivation n’a été que financière ?

 

 

En réalité, cet événement, qui peut paraître à certains égards mineur, est d’une importance capitale. Il met en cause la nature même du l’UE et sa finalité. Soit sa finalité est le bien-être des peuples et la justice, soit c’est le sauvetage des banques et du capitalisme financier. Le choix doit se faire entre l’Europe des peuples et l’Europe des banques. Nos dirigeants feront leur choix dans les prochaines semaines. Le peuple français fera le sien en juin prochain. Ne doutons pas qu’il saura faire le bon.

 

Laurent Seurot

 

Publié dans Actualité politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

courcol 10/05/2009 19:36

Ou pas!Faut vraiment voir la réalité en face, les nationalismes c'est fini! bougez vous restez pas dans vos vieux clivages inutiles et tournez vous vers l'avenir, L'europe, unie c'est l'avenir Toutes les formes ne nationalismes sont périmées et inutiles regardez elles ont menées a toutes las atrocités que l'on étudie en Histoire.La bonne vieille France bien campagnarde c'est révolu ,ayez un esprit critique un peu développé.En gros évoluez! et bougez vous pour faire une europe meilleure!