Entendre la voix des peuples

Publié le par DLJ Lorraine

A nouveau, en cette veille de présidence française, les dirigeants européens et la Commission de Bruxelles s’entêtent pour imposer par la force une Europe qui ne marche pas et est rejetée par les peuples.

Ce ne sont pas les gadgets de communication et la multiplication des drapeaux européens qui réconcilieront l’Union européenne et les citoyens. Si Nicolas Sarkozy veut réussir la Présidence française de l’Union, il doit impérativement entendre la voix des peuples.

Huit décisions majeures permettraient de rendre à l’Union européenne sa légitimité démocratique :

1- interrompre la ratification du Traité de Lisbonne et proposer un accord a minima dans l’attente de la rédaction d’un nouveau traité beaucoup plus simple. Accord qui autoriserait les coopérations à la carte, supprimerait le monopole de l’initiative de la Commission , rendrait des compétences du niveau européen au niveau national, encadrerait strictement la dérive jurisprudentielle de la CJCE.

2 - proposer à la Turquie un partenariat plutôt qu’une adhésion et indiquer clairement les frontières de l’Union européenne.

3 - revoir le statut de la Banque Centrale européenne pour y inscrire aux côtés de l’objectif de lutte contre l’inflation celui de la croissance et de l’emploi et rendre ses dirigeants davantage responsables devant l’euro-groupe.

4 - autoriser une politique industrielle et des investissements publics dans les secteurs d’avenir pour relever à la concurrence des Etats-Unis, de la Chine ou de l’Inde.

5 - instaurer un droit de douane environnemental et social à appliquer aux produits des pays qui ne respectent pas les minima sociaux et environnementaux.

6 - ne pas inscrire la future défense européenne dans le cadre de l’OTAN.

7 - autoriser les dérogations au marché unique lorsque la santé et l’environnement sont en cause (permettre ainsi un vrai moratoire sur les OGM).

8- laisser une vraie liberté aux pays membres pour organiser les services publics comme ils l’entendent, ce qui permettrait à la France notamment d’empêcher une dérégulation de l’énergie coûteuse pour le porte-monnaie des Français.

Nicolas DUPONT-AIGNAN

Commenter cet article