Pour l’indépendance nationale, NDA vote la censure

Publié le par DLJ Lorraine

 


La France soumise n’est pas la France

Aujourd’hui, j’ai décidé de voter symboliquement la motion de censure pour porter la voix silencieuse de nombreux parlementaires et de millions d’électeurs de la majorité, que le reniement présidentiel de notre indépendance nationale révolte. C’est une décision grave et mûrement réfléchie qui ne m’enchante pas, mais que j’assume pleinement.

Ce qui est en cause aujourd’hui, c’est l’indépendance nationale, c’est « une certaine idée de la France ». Longtemps le RPR et l’UMP ont été fidèles à ce gaullisme responsable, digne et nécessaire pour l’avenir de notre pays. Hélas, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

La France ne gagnera rien à cette normalisation atlantiste, occidentaliste, qui n’est pas seulement le reniement de sa liberté diplomatique et de son rang mondial, mais aussi le reniement d’elle-même. La France soumise n’est pas la France. La France soumise ne serait d’aucune utilité au monde. Le président de la République aurait-il oublié ce propos historique du général de Gaulle : « Il y a un pacte vingt fois séculaire entre la grandeur de la France et la liberté du monde. » ?

Tout cela pour quoi ?
Nous aurons des morts inutiles dans le bourbier afghan, qui restera sans issue hors d’une internationalisation renforcée dans le cadre de l’ONU.
Complètement réincorporés dans le commandement militaire intégré de l’OTAN, nous subirons le sort des vassaux, sans garantie aucune de l’émergence d’une Europe de la défense utile et durable.
Hurlant avec les mauvais prophètes d’un « axe du mal » imaginaire, nous perdront notre voix originale dans le monde, tout en nous exposant inutilement à des fanatiques trop heureux, eux aussi, d’en avoir enfin fini avec l’universalisme français.

Je refuse cette politique catastrophique pour la France et les Français. Une politique dont il n’a jamais été question lors de la campagne présidentielle. Une politique qui a été annoncée depuis l’étranger. Une politique qui n’a fait l’objet d’aucun débat sérieux avec le gouvernement ni le Parlement et ne sera pas soumise, comme je l’avais réclamé, au vote des Français.

Oui, il y a encore des gaullistes à droite ! Oui, au-delà des clivages politiques, les Français sont envers et contre tout attachés à la liberté de la France !

Nicolas DUPONT-AIGNAN Député de l’Essonne Président de Debout la République

Publié dans Actualité politique

Commenter cet article